• New pathways for teaching and learning: the posthumanist approach

      Blaikie, Fiona; Daigle, Christine; Vasseur, Liette (Canadian Commission for UNESCO, 2020)
      “How does one “posthuman” teach another? Applying a posthumanist approach to education involves rethinking pedagogy, knowledge production and dissemination. If there is a need to understand the world differently, we must “defamiliarize [our] mental habits” (Braidotti 2019, 77) by moving away from a humanist worldview. This worldview has not only shaped our thoughts, but also our institutions. Universities and education systems are structured around binaried teacher-learner relationships, as well as seeing disciplines and school subjects as discrete entitites with their own objects and methods of study and practices. What changes must we bring about so that we can imagine and understand the world and ourselves in new ways? A posthuman approach can change the way we value ourselves, other species, the planet, and beyond. It requires thinking about the system as a whole instead of each agent as a perfect independent entity; it requires valuing all agents and their relationality.”
    • De nouvelles voies pour l’enseignement et l’apprentissage : l’approche posthumaniste

      Blaikie, Fiona; Daigle, Christine; Vasseur, Liette (Commission canadienne pour l’UNESCO, 2020)
      La pédagogie, c’est-à-dire la méthode et la pratique de l’enseignement, est relationnelle et complexe, et elle dépend des conditions du moment. Si l’enseignement à distance en ligne peut sembler judicieux, le fait d’y recourir de façon systématique pour remplacer l’enseignement indique une vision étroite de l’éducation que l’on considère, à tort, comme étant une simple transmission de contenu. Selon la logique à l’œuvre dans la crise actuelle, puisque le contenu ne peut être diffusé en classe, les enseignants et leurs élèves peuvent rapidement adopter d’autres outils technologiques pour assurer l’enseignement et l’apprentissage à distance. Cette approche exige des élèves qu’ils apprennent dans une sorte de vide, et leurs parents, tuteurs ou gardiens doivent assumer le rôle des éducateurs, souvent sans avoir accès au matériel nécessaire ni à l’Internet, ou sans avoir la capacité, le temps et l’intérêt nécessaires pour faciliter l’apprentissage (Cerna, 2020; ONU, 2020).