• Great Lakes Governance Reform for Place-based Regeneration of the Natural and Built Environment

      Krantzberg, Gail (2014)
      Canadian municipalities are confronted by challenges related to continued growth, climate change and aging infrastructure, and the increasingly limited ability of receiving waterways to absorb the impact of stormwater runoff and pollution. There is increased recognition that integrated water, wastewater and stormwater management is required to ensure cost-effective water services as well as sustainable water resources to support public health, economy and environment now and in the future. In particular, this is a defining moment for the Great Lakes St. Lawrence region, with the opportunity to update the approaches taken for ecosystem improvement and protection in the region. The outcome of a 2007 review of the binational Great Lakes Water Quality Agreement resulted in a broad call for revisions to the Agreement, so that it can once again serve as a visionary document driving binational cooperation to address both long-standing and emerging Great Lakes environmental issues in the 21st century. The focus of the new agreement emphasizes the creation of a nearshore framework. While this term is still undefined, it reflects a policy need for a framework for scientific cooperation in the nearshore zone. In parallel, there is a need for a governance framework that enables place-based decision making for appropriate interventions, in order to promote resilience at the land-water interface. Governance frameworks for integrated water management are limited in Canada, and this research seeks to identify the most promising models.
    • Réforme de la gouvernance des Grands Lacs pour la revitalisation adaptée au milieu à la fois naturel et bâti

      Krantzberg, Gail (2014)
      Les municipalités canadiennes sont confrontées aux défis liés à la poursuite du développement, au changement climatique et au vieillissement des infrastructures, ainsi qu’à la capacité de plus en plus réduite des étendues d’eau réceptrices à absorber l’impact du ruissellement pluvial et de la pollution. On s'accorde de plus en plus à reconnaître qu’il faut faire appel à la gestion intégrée des eaux, des eaux usées et des eaux pluviales afin d’assurer la rentabilité des services d’eau et la viabilité des ressources hydriques et d’appuyer, dès maintenant et à l’avenir, la santé publique, l’économie et l’environnement. En particulier, il s’agit d’un tournant décisif pour la région des Grands Lacs et du Saint-Laurent, puisqu’on a la possibilité d’actualiser les approches adoptées pour l’amélioration et la protection des écosystèmes de la région. L’examen de 2007 de l’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs, un accord binational, s’est soldé par de nombreux appels à la révision de l’Accord afin qu’il procure de nouveau une vision alimentant la collaboration binationale qui permettra d’aborder, au 21e siècle, les enjeux environnementaux des Grands Lacs à la fois anciens et émergents. Le nouvel accord met l’accent sur la création d’un cadre des eaux littorales. Quoique ce terme n’ait pas encore été défini, il reflète, du point de vue des politiques, la nécessité de mettre en place un cadre de collaboration scientifique pour la coopération concernant la zone des eaux littorales. Parallèlement, on a également besoin d’un cadre de gouvernance qui privilégie le processus décisionnel adapté au milieu dans le contexte d’interventions appropriées, afin de favoriser la résilience de l’interface terre-eau. Comme les cadres de gouvernance pour la gestion intégrée des eaux sont peu nombreux au Canada, cette recherche vise à dégager les modèles les plus prometteurs.